"Cuisine(s) sans dépendance(s)" est un doublon en cours de mon premier blog de cuisine ouvert en 2008 - fermé au public depuis fin 2013 -, écrit dans un style plus littéraire et faisant référence souvent à des impressions liées à la nourriture, sans contenir toujours les recettes elles-mêmes. Ici, pas ou prou de digressions autour de la nourriture, seulement de la cuisine, celle que ma double culture oscillant entre Asie et Europe inspire, juste pour perpétuer les cahiers de nos grands-mères à l'aide de cet outil informatique formidable. Qui sait ce qu'on trouvera sous les décombres un jour, pourquoi pas un disque dur intact faisant défiler des images d'aliments qui n'existeraient plus et qui feraient faire un bond vertigineux dans la mémoire de l'Homme de demain qui sera devenu un cerveau sans enveloppe charnelle et n'ayant plus besoin de s'alimenter comme aujourd'hui ! Ah, voilà que je délire déjà ! Vite, je retourne à la cuisine, parce que, en attendant, il faut manger pour vivre !
Mises à part les recettes qui peuvent être copiées car je ne puis prétendre avoir inventé la purée ou autres plats même les moins basiques, ce blog tel qu'il est conçu est ma création, tous les textes, dont ceux publiés en magazine et signalés comme tels, ainsi que toutes les photos publiées sont personnels, ils sont soumis au droit d'auteur en vigueur au jour de leur publication.
Bienvenue à ma table !
Date de création du blog : 25 novembre 2011
Ouverture au public : mars-2012
NB : Pour la "présentation" complète, cliquer sur l'onglet correspondant en tête de ce blog qui, je le précise, est en cours de montage : toutes les rubriques annoncées en "pages" ne sont pas encore disponibles. Merci de votre compréhension. Mars 2012 -
ACTUALITE : février 2014 : ce blog devrait prendre un rythme de croisière bientôt, promis (le magazine pour lequel j'écrivais n'existe plus, mais ses lecteurs souhaitent continuer de consulter mes non-recettes ici !) - Merci à mes 50.000 lecteurs silencieux, sans lesquels ce blog n'aurait pas existé et n'existerait plus...

vendredi 13 avril 2012

poulet à l'estragon et au vin blanc

Les principaux vins blancs du Jura ont un goût très marqué par le savagnin, un cépage qui leur donne tout de suite cette attaque spécifique qui les distingue des vins blancs des autres régions. Outre mes adresses habituelles de maisons dont je connais le sérieux, il m'arrive de visiter les petits producteurs lorsque mes voyages express dans la région m'en laissent le loisir. J'ai découvert récemment un arbois blanc (voir mémo pour le nom du vituculteur) à base de chardonnay et de savagnin et fus surprise par sa qualité. Le cépage roi du Jura domine nettement dans la dégustation et garde au vin le caractère de son terroir, sa typicité, tandis que le chardonnay lui procure une vivacité assez agréable en bouche, bien que je préfère le savagnin pur de la même gamme. De quoi se faire plaisir sans se ruiner dans des appellations plus prestigieuses et, souvent, plus ruineuses, même si je ne boude pas mon plaisir lorsque je les sers aux amateurs ! Je parle bien sûr du vin jaune et spécialement du château-châlon ! En cuisine, ma préférence, pour le blanc, va assurément vers les vins du Jura, qui donne incontestablement une saveur singulière à n'importe quelle sauce. Quant à l'estragon, c'est une plante condiment que j'aime beaucoup, en salade, ou cuite dans les farces ou sauces.
poulet à l'estragon et au vin blanc pour 6 p.
  • un poulet fermier de 1,8 kg découpé en 6 parts ou 6 morceaux de votre choix,
  • un grand verre de vin blanc du Jura (arbois ou autre)
  • un bouquet d'estragon, feuilles hachées grossièrement et tiges séparées,
  • oignon et ail haché fin
  • 250 g de crème fraîche (crue de préférence)
  • sel, poivre
PREPARATION ET CUISSON (45m)
  1. faire revenir le poulet à feu plutôt vif pour le dorer légèrement de toutes parts, saler,
  2. ajouter oignon, ail et tiges d'estragon, bien mélanger,
  3. mouiller avec le vin blanc, donner un bouillon 2mn,
  4. baisser le feu entre doux et moyen et cuire à couvert 30mn (un peu plus pour un poulet de ferme familiale ou artisanale)
  5. retirer le tiges d'estragon, ajouter la crème fraîche, redonner un bouillon à feu vif 2mn, rectifier l'assaisonnement au niveau du sel, poivrer,
  6. ajouter les feuilles d'estragon hachées, mélanger et poursuivre la cuisson 1mn à feu doux,
  7. éteindre le feu et laisser reposer 2 mn avant de servir avec le vin qui a servi au plat. Le riz nature est l'accompagnement que je préfère pour profiter au mieux de la saveur de cette sauce. 
    



Memo
Frédéric Lornet
Cellier de Genne
L'Abbaye
39600 Montigny les Arsures
Tél. 03.84.37.45.10
Leurs pris sont raisonnables. Par exemple :
Arbois blanc (chardonnay-savagnin) : 11 euros la bouteille de 75cl
Arbois blanc (savagnin) : 14 euros la bouteille de 75cl
Vin de paille : 24 euros la bouteille de 75cl
Vin jaune : 28 euros le clavelin de 62cl
PRIX DEPART CAVE

5 commentaires:

  1. Quand j'étais petite, le poulet à l'estragon était le nec plus ultra du plat dont je rêvais!......mais je pense n'en avoir pas fait depuis très très longtemps....tu me donnes envie de retrouver ce goût!....par contre, je ne pense pas avoir goûté au vin du jura......il faudra que je branché MrD pour son prochain achat......

    RépondreSupprimer
  2. J'aime bien les plantes condimentaires en cuisine, et l'estragon est vraiment souvent au menu, en salade, dans l'omelette ou le poulet comme tu le fais, mais le vin jaune c'est pour les jours de fête seulement. Merci pour l'adresse, j'espère avoir l'occasion de visiter la région bientôt.

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour cette adresse, je commence à apprécier les vins du Jura, je vais aller faire un tour à l'occasion. J'ai lu sur Wikipédia que les clavelins avaient une contenance de 63 cl (tu écris 62...) mais pourquoi cette différence avec les bouteilles habituelles de 75 cl pour le vin ?
    Solange

    RépondreSupprimer
  4. Très belle recette pour les amateurs des vins du Jura, dont je suis ! As-tu essayé les arbois rouges ?

    RépondreSupprimer
  5. je suis venue visiter ton blog après le com que tu as laissé chez Marcia sur Cyril Lignac... Tu y es allée fort, dis donc, mais je suis plutôt d'accord, je ne sais pas si les gens sont naïfs, j'espère qu'ils font semblants de l'être ! C'est quoi, ton ancien blog, car la cuisine seulement, c'est sympa, mais j'aime bien les a-côtés aussi ;)

    RépondreSupprimer