"Cuisine(s) sans dépendance(s)" est un doublon en cours de mon premier blog de cuisine ouvert en 2008 - fermé au public depuis fin 2013 -, écrit dans un style plus littéraire et faisant référence souvent à des impressions liées à la nourriture, sans contenir toujours les recettes elles-mêmes. Ici, pas ou prou de digressions autour de la nourriture, seulement de la cuisine, celle que ma double culture oscillant entre Asie et Europe inspire, juste pour perpétuer les cahiers de nos grands-mères à l'aide de cet outil informatique formidable. Qui sait ce qu'on trouvera sous les décombres un jour, pourquoi pas un disque dur intact faisant défiler des images d'aliments qui n'existeraient plus et qui feraient faire un bond vertigineux dans la mémoire de l'Homme de demain qui sera devenu un cerveau sans enveloppe charnelle et n'ayant plus besoin de s'alimenter comme aujourd'hui ! Ah, voilà que je délire déjà ! Vite, je retourne à la cuisine, parce que, en attendant, il faut manger pour vivre !
Mises à part les recettes qui peuvent être copiées car je ne puis prétendre avoir inventé la purée ou autres plats même les moins basiques, ce blog tel qu'il est conçu est ma création, tous les textes, dont ceux publiés en magazine et signalés comme tels, ainsi que toutes les photos publiées sont personnels, ils sont soumis au droit d'auteur en vigueur au jour de leur publication.
Bienvenue à ma table !
Date de création du blog : 25 novembre 2011
Ouverture au public : mars-2012
NB : Pour la "présentation" complète, cliquer sur l'onglet correspondant en tête de ce blog qui, je le précise, est en cours de montage : toutes les rubriques annoncées en "pages" ne sont pas encore disponibles. Merci de votre compréhension. Mars 2012 -
ACTUALITE : février 2014 : ce blog devrait prendre un rythme de croisière bientôt, promis (le magazine pour lequel j'écrivais n'existe plus, mais ses lecteurs souhaitent continuer de consulter mes non-recettes ici !) - Merci à mes 50.000 lecteurs silencieux, sans lesquels ce blog n'aurait pas existé et n'existerait plus...

lundi 2 avril 2012

marmite d'huîtres sauvages au lard et à la menthe

Quand je suis en Bretagne, j'aime bien aller récolter des huîtres sauvages sur les rochers. Elles ont un goût incomparable avec celles, les fines, du commerce. Je préfère leur saveur très iodée et, surtout, leur odeur franche de mer et non de claires. Quand elles sont charnues et même un peu grasses, j'aime bien les utiliser en "marmite", un genre de ragoût très rapide. Je crois que je me lasserai moins vite des huîtres chaudes que crues, il y a tellement de façon de les cuisiner. En voici une, toute simple, pour un repas rapidement préparé les soirs de grosse fatigue, comme par exemple, après une bonne journée de désherbage manuel du jardin... à condition d'avoir cueilli vos huîtres la veille, car ce n'est pas de tout repos non plus. Il suffit de les ouvrir directement sur le rocher avec un outil idoine (c'est-à-dire un bon couteau à huîtres qui ne pète pas au moindre effort, car attention aux blessures, c'est un geste qui peut être dangereux si on ne le maîtrise pas), de les garder avec leur eau dans un bocal fermé. Une fois rentrée, je les rince tout de suite à l'eau claire pour éliminer tous les débris de coquille. Ainsi préparées, je peux les garder un jour ou deux jours maximum au frigo, dans un récipient en verre ou en plastique non fermé, et ce en vue d'un plat où elles seront cuites.
 
marmite d'huîtres à la menthe
INGREDIENTS ET PREPARATION
  • 6 huîtres décoquillée par personne,
  • 1 belle tranche de lard coupé en petits dés,
  • 2 pommes de terre à purée par personne, coupées en gros morceaux,
  • 1 oignon et 1 gousse d'ail hachés fin,
  • quelques feuilles de menthe ciselée
  • sel et poivre
CUISSON (30mn)
  1. faire revenir l'oignon, l'ail et le lard dans un peu d'huile neutre,
  2. ajouter les pommes de terre, saler et poivrer,
  3. ajouter de l'eau à niveau, donner un bouillon et cuire à couvert pendant environ 20mn, à feu moyen, puis vérifier la bonne cuisson des pommes de terre,
  4. réduire le feu, ajouter les huîtres, mélanger doucement, juste 1 ou 2mn pour cuire les huîtres, redonner un feu vif pour que le ragoût soit bien chaud,
  5. servir avec la menthe ciselée.
Le goût de l'huître se marie bien avec celui du lard. D'ailleurs, souvent, pour l'apéritif, je fais une autre recette que je vous livrerai ultérieuremnt. Et j'ai beaucoup aimé la menthe dans ce plat. C'était une inspiration de dernière minute, car j'ai arraché beaucoup de cette plante très envahissante dans le jardin et cela me faisait mal au coeur que tout parte à la décharge. Quand je pense que, à Paris, j'aurais plus l'occasion de m'en servir mais que je dois la payer cuir et poil quand j'en ai besoin !

3 commentaires:

  1. Qu'est-ce que tu me donnes envie avec tes huîtres!!! PetitCitron adorerait à coup sûr.

    RépondreSupprimer
  2. Coucou Colibri voyageur, j'aime sans réserves cette recette et ce mariage de saveurs, d'autant plus avec les petites huîtres sauvages que je ramasse dans le Morbihan.
    Hum ! comme ça sent bien bon tout ça -:)

    RépondreSupprimer
  3. les huitres et moi, on a un problème de coéxistence non pacifique!.....je les adorais petite mais mes dernières expérience se sont très désagréablement terminées......du coup, je préfère m'en priver....mais peut être que cuites, on se supporterait!....

    RépondreSupprimer