"Cuisine(s) sans dépendance(s)" est un doublon en cours de mon premier blog de cuisine ouvert en 2008 - fermé au public depuis fin 2013 -, écrit dans un style plus littéraire et faisant référence souvent à des impressions liées à la nourriture, sans contenir toujours les recettes elles-mêmes. Ici, pas ou prou de digressions autour de la nourriture, seulement de la cuisine, celle que ma double culture oscillant entre Asie et Europe inspire, juste pour perpétuer les cahiers de nos grands-mères à l'aide de cet outil informatique formidable. Qui sait ce qu'on trouvera sous les décombres un jour, pourquoi pas un disque dur intact faisant défiler des images d'aliments qui n'existeraient plus et qui feraient faire un bond vertigineux dans la mémoire de l'Homme de demain qui sera devenu un cerveau sans enveloppe charnelle et n'ayant plus besoin de s'alimenter comme aujourd'hui ! Ah, voilà que je délire déjà ! Vite, je retourne à la cuisine, parce que, en attendant, il faut manger pour vivre !
Mises à part les recettes qui peuvent être copiées car je ne puis prétendre avoir inventé la purée ou autres plats même les moins basiques, ce blog tel qu'il est conçu est ma création, tous les textes, dont ceux publiés en magazine et signalés comme tels, ainsi que toutes les photos publiées sont personnels, ils sont soumis au droit d'auteur en vigueur au jour de leur publication.
Bienvenue à ma table !
Date de création du blog : 25 novembre 2011
Ouverture au public : mars-2012
NB : Pour la "présentation" complète, cliquer sur l'onglet correspondant en tête de ce blog qui, je le précise, est en cours de montage : toutes les rubriques annoncées en "pages" ne sont pas encore disponibles. Merci de votre compréhension. Mars 2012 -
ACTUALITE : février 2014 : ce blog devrait prendre un rythme de croisière bientôt, promis (le magazine pour lequel j'écrivais n'existe plus, mais ses lecteurs souhaitent continuer de consulter mes non-recettes ici !) - Merci à mes 50.000 lecteurs silencieux, sans lesquels ce blog n'aurait pas existé et n'existerait plus...

lundi 7 mai 2012

acras de morue et rhum arrangé

La première fois que j'ai mangé des acras chez des amis antillais, je me suis dit que j'en ferai mais avec plus de morue. Ils m'ont indiqué comme proportion autant de chair de morue que de farine.
J'ai opté pour 2/3 morue et 1/3 farine, et je trouve le résultat très satisfaisant. Le blanc d'oeuf est facultatif, il sert à alléger un peu la pâte. Certains préféreront détendre avec un peu de lait. Vous faites comme vous en avez envie, le principe étant d'obtenir une pâte homogène, pas trop sèche, avec un goût de... morue plus ou moins prononcé ! Choisir une morue bien blanche et épaisse. Le dessalage est important car une morue mal dessalée et le plat est immangeable !

acras de morue
Préparer tous les ingrédients de la façon suivante :
  • faire dessaler la morue pendant 24 h au moins en changeant souvent l'eau de trempage
  • l'égoutter et éponger au maximum pour éliminer toute humidité
  • détacher la chair en éliminant toutes les arêtes
  • hacher fin la chair obtenue
  • hacher très fin oignon et gousses d'ail (je mets 2 gros oignons et 2 gousses d'ail pour 500g de chair de morue)
  • broyer 1 ou plusieurs piments antillais (attention, ils sont forts !)
  • hacher très fin les feuilles d'un gros bouquet de persil
  • œufs entiers (4 pour 500 g de morue)
  • farine (environ 3 càs bombées pour 500 g de morue)
  • sel et poivre
  • huile de friture
Avant la cuisson
  • bien mélanger morue, oignon, ail, persil, piment
  • saler et poivrer en tenant compte du sel resté dans la morue
  • ajouter la farine, mélanger
  • ajouter les œufs, mélanger
  • monter un blanc d'oeuf en neige ferme et l'incorporer au mélange
  • laisser reposer 1/4 d'heure
Cuisson
- chauffer l'huile dans la friteuse (180° max)
- y plonger des quenelles de farce façonnées avec deux cuillères à soupe
- cuire 2 à 3 mn
- égoutter sur du papier absorbant
- déguster avec du punch, bien sûr !

Il me restait un rhum arrangé fait il y a plus de... dix ans, oublié dans un coin de la cave, il était dé-li-cieux !

Mon rhum arrangé : une gousse de vanille, un bâton de cannelle, quelques clous de girofle, le tout à laisser macérer dans un litre de rhum pendant aussi longtemps que vous voulez !
Au moment de servir, j'ai ajouté du sirop de canne et du jus de citron vert, à proportion de :
2/3 rhum arrangé
1/3 de sirop et de jus de citron vert, ce tiers même fait avec 1/3 de sirop et 2/3 de jus de citron.

C'est trop bon, mais c'est costaud ! Pour ceux qui n'y sont pas habitués, on peut diluer avec de l'eau glacé ! De toute façon, avec les acras que je fais très relevés, la bouteille descend très vite !


  


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire