"Cuisine(s) sans dépendance(s)" est un doublon en cours de mon premier blog de cuisine ouvert en 2008 - fermé au public depuis fin 2013 -, écrit dans un style plus littéraire et faisant référence souvent à des impressions liées à la nourriture, sans contenir toujours les recettes elles-mêmes. Ici, pas ou prou de digressions autour de la nourriture, seulement de la cuisine, celle que ma double culture oscillant entre Asie et Europe inspire, juste pour perpétuer les cahiers de nos grands-mères à l'aide de cet outil informatique formidable. Qui sait ce qu'on trouvera sous les décombres un jour, pourquoi pas un disque dur intact faisant défiler des images d'aliments qui n'existeraient plus et qui feraient faire un bond vertigineux dans la mémoire de l'Homme de demain qui sera devenu un cerveau sans enveloppe charnelle et n'ayant plus besoin de s'alimenter comme aujourd'hui ! Ah, voilà que je délire déjà ! Vite, je retourne à la cuisine, parce que, en attendant, il faut manger pour vivre !
Mises à part les recettes qui peuvent être copiées car je ne puis prétendre avoir inventé la purée ou autres plats même les moins basiques, ce blog tel qu'il est conçu est ma création, tous les textes, dont ceux publiés en magazine et signalés comme tels, ainsi que toutes les photos publiées sont personnels, ils sont soumis au droit d'auteur en vigueur au jour de leur publication.
Bienvenue à ma table !
Date de création du blog : 25 novembre 2011
Ouverture au public : mars-2012
NB : Pour la "présentation" complète, cliquer sur l'onglet correspondant en tête de ce blog qui, je le précise, est en cours de montage : toutes les rubriques annoncées en "pages" ne sont pas encore disponibles. Merci de votre compréhension. Mars 2012 -
ACTUALITE : février 2014 : ce blog devrait prendre un rythme de croisière bientôt, promis (le magazine pour lequel j'écrivais n'existe plus, mais ses lecteurs souhaitent continuer de consulter mes non-recettes ici !) - Merci à mes 50.000 lecteurs silencieux, sans lesquels ce blog n'aurait pas existé et n'existerait plus...

lundi 3 juin 2013

du soleil en pot à défaut de soleil sur le dos (confiture de melon)

C'est la saison des repas fleurant bon l'été, à déguster en tenue légère sur la terrasse, au son du barbecue qui crépite, tels les melons au porto ou autres variations autour de ce fruit-légume qui peut embaumer la maison rien que par sa présence dans le compotier ! Et pourtant la température n'est toujours pas très clémente. Je déguste quand même des melons, et, par hasard, comme je me suis retrouvée avec quelques melons qui n'ont pu servir à un dîner, j'ai eu l'idée d'en faire une confiture. Et bien, le résultat, sur lequel j'étais plutôt sceptique, a dépassé mes espérances en goût : c'est une confiture délicatement parfumée, très agréable en bouche grâce à sa saveur végétale subtile. Moi qui aimais déjà le confit de melon, j'ai adoré cette confiture, c'est pourquoi je voudrais vous suggérer de la goûter si ce n'est fait !
Il existe plusieurs variétés de melons, on les désigne par le nom du plant (à ne pas confondre avec son origine de production) : le philibon des Antilles, le cantaloup charentais, à peau lisse (cultivé un peu partout, en Espagne, au Maroc...), le charentais (photo ci-dessous) dont l'écorce est "brodé" et la chair un peu plus ferme que le précédent. Il existe aussi diverses variétés de melon dits "d'eau", à chair moins fine, vert clair, très sucrés et désaltérants, le galia, par exemple.
Un bon melon doit être lourd en main et parfumé, sa peau ne doit pas être trop verte ni trop jaune. C'est compliqué, hein, de choisir un bon melon, il n'y a qu'à voir les amateurs passer un temps fou à les renifler, flairer, soupeser, scène courant devant l'étal du marchand !!! Eviter de mettre ce fruit au frigo car son arôme puissant se communique facilement aux autres aliments et peut en faire tourner plus d'un, la viande, par exemple ! Si je dois les servir frais, j'enveloppe toujours les fruits préparés dans du film avant de mettre au frais.
 
 
ma recette de confiture de melon charentais
(la recette se fait sur deux jours)
pour environ 8 pots de 375g
2 kg de melon (poids net)
6 citrons moyens
1,8 kg de sucre (*)
un tout petit verre d'eau
 
Premier jour :
  • couper les melons en deux,
  • retirer les parties à pépins, en les réservant dans une casserole,
  • évider les melons avec une cuillère puis couper la chair en petits morceaux,
  • prélever le jus des citrons, en réservant les pépins et les peaux blanches que vous rajouterez dans la casserole contenant les pépins de melon avec un petit verre d'eau,
  • faire macérer les chairs de melon avec le sucre et le jus de citron pendant une journée
  • cuire la casserole à pépins et chutes de citron pendant 15mn, filtrer et réserver le jus ainsi obtenu, il servira de "gélifiant",
Deuxième jour :
  • verser la macération de confiture dans la bassine, porter à ébullition, écumer,
  • ajouter le jus "gélifiant", cuire à feu vif pendant environ 20mn, le temps de la prise en confiture (lequel peut varier entre 20 et 40mn, selon le degré de maturité des melons)
  • vérifier la cuisson selon vos habitudes, mettre en pot à chaud (si vous utilisez des pots à vis, retourner les pots jusqu'à refroidissement pour parfaire la stérilisation si vos pots ne sont pas parfaitement propres, et éviter ainsi tout problème de moisissure à la conservation)
N.B. :Les quantités et temps de cuisson sont toujours donné à titre indicatif, un aléa demeurant souvent dans les fruits utilisés, la table de cuisson (pour ma part, je ne sais bien cuisiner qu'aux feux à gaz, et au four électrique !). Quant au sucre, le principe reste toujours le même : 1kg de sucre maximum pour 1kg de fruit. J'en mets toujours un peu moins, en moyenne 800g pour 1kg de fruits, parfois moins pour les confitures que je consomme rapidement.
 
(*) Le melon étant très aqueux, je mets un peu plus de sucre que dans mes confitures habituelles (750-800g par kilo de fruits) et plus de citrons aussi (en moyenne, 1 citron par kilo de fruit), pour aider à la gélification.
 
  
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire